Diabète et contraception

On peut être diabétique, on en est pas moins femme et on doit pouvoir gérer sa contraception.
Seulement, quel moyen choisir pour ne pas influer sur son diabète ou prendre des risques pour sa santé à cause du diabète ?

Toutes les contraceptions peuvent être prescrites à une femme diabétique

Les seuls moyens de contraception pouvant avoir des effets, considérés dans la plupart des cas comme mineurs sont les contraceptions hormonales ( pilules, implants, patchs, anneaux vaginaux).

Les pilules

La pilule oestroprogestative peut convenir, à condition :

  • qu’il n’y ait pas de complications du diabète
  • de sélectionner la plus faiblement dosée
  • prendre l’avis de son gynécologue et de son diabétologue

Les pilules oestroprogestatives, tout comme les patchs et les anneaux sont interdits en cas de diabète de type 1 ou 2 avec des complications comme une insuffisance rénale, une rétinopathie évoluée, des complications vasculaires ou un facteur de risque cardio-vasculaire associé.

La pilule microprogestative est plus complexe et demande une prise rigoureuse (heure fixe) pour être efficace. En fait les réserves seront les mêmes, et les précautions identiques, avec une surveillance régulière par son gynécologue et de son diabétologue.

Patch contraceptifs et anneaux vaginaux

Les indications et contre-indications sont quasi identiques aux pilules.
Et les précautions sont les mêmes, un avis préalable de son gynécologue et de son diabétologue, puis un suivi régulier.

Stérilet et implants

Le stérilet est autant conseillé aux femmes non-diabétiques qu’aux femmes diabétiques, et son efficacité est la même, sous réserve que le diabète soit équilibré.
Les risques sont les mêmes diabétiques ou pas, et les précautions les mêmes.

En ce qui concerne les implants, il n’y a aucune contre-indication en cas de diabète. Les effets secondaires sont les mêmes que chez les femmes non diabétiques. Toutefois le poids influe sur la durée de l’effet de l’implant, et celle-ci sera plus courte si l’on est en surpoids.

Comme toujours la décision doit être prise avec l’avis de son gynécologue et de son diabétologue

Complications et interaction avec le diabète

La pilule peut avoir un effet sur la rétine et peuvent aggraver les lésions de rétinopathie, faire monter la pression artérielle.
En cas de diabète il est fortement recommandé de consulter l’ophtalmologiste en concertation avec son diabétologue avant la prise des oestroprogestatifs.
De plus, un dosage de la microalbuminurie et/ou de la protéinurie est indispensable avant la prescription et dans la surveillance ultérieure.

Sinon les complications et contre-indications sont celles communes à toutes les femmes.

Sous contraception hormonale, des contrôles réguliers de tension artérielle, et des bilans lipidiques et glycémiques doivent être faits.

Diabétique ou pas, une femme a le choix de sa contraception, son gynécologue et son diabétologue sont là pour la conseiller et l’informer sur les possibilités en fonction de sa santé, de son âge …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *