Diagnostiquer le diabète gestationnel plus tôt

Des chercheurs proposent de diagnostiquer le diabète gestationnel à partir de la 20ème semaine

Le diabète gestationnel est le diabète qui apparaît lors d’une grossesse, généralement pendant le 3ème trimestre. Ce diabète disparaît ensuite mais multiplie le risque de diabète de type 2 pour la femme par 7, et il a de forte probabilité de réapparaître lors d’une grossesse suivante.
Le diabète gestationnel est provoqué par les hormones produites par le placenta qui perturbent l’action de l’insuline, et par conséquence la régulation du sucre dans le sang. Il est souvent accompagné d’une prise de poids importante.
De plus, il peut provoquer de graves complications durant la grossesse et lors de l’accouchement. Le bébé quand à lui risque de naître en surpoids, et de développer plus tard un diabète de type 2.

1 femme sur 5 souffre de diabète gestationnel

Le diabète gestationnel touche 20% des femmes, et actuellement n’est diagnostiqué qu’à partir de la 28ème semaine.
Des chercheurs de l’université de Cambridge (Royaume-Unis) viennent de publié les résultats d’une étude, publiée dans la revue médicale Diabetes Care, qui tend à montrer que le diabète gestationnel agit sur la croissance du bébé dès la 20ème semaine. En effet cette pathologie provoque une croissance exceptionnelle du foetus entre la 20ème et 28ème semaine.

La conclusion de l’étude est d’avancer la date du dépistage du diabète gestationnel en fonction de la croissance du foetus, au besoin dès la 20ème semaine de grossesse.

Un gain de semaines qui permettrait de traiter et suivre mieux la patiente et de faire baisser les risques de complications pour la mère et l’enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *