Les fruits secs oléagineux et le diabète

Qu’est-ce que les fruits secs oléagineux ?

Le terme de fruits secs oléagineux désigne différents aliments tels que les noix, noix de pécan, noix de cajou, noix du Brésil, …, les noisettes, les amandes, les pistaches, les pignons,…
Ils sont riches en lipides (50% en moyenne, environ 49 % pour les noix de cajou et jusqu’à plus de 70 % dans les noix de macadamia), des graisses insaturées dites de bonnes graisses.
Ils sont pauvres en glucides (5à10% seulement – excepté la châtaigne qui contient 40% de glucide sous forme d’amidon)
Ils contiennent entre 10% et 20% de protéines ( 17 % dans les amandes) et la plupart des fruits secs oléagineux sont riches en acide aminé.
Les fruits secs oléagineux sont d’excellentes sources de fibres (de 5 % dans les noix de macadamia à 10-14 % dans les amandes et les pistaches), de vitamines (A, E).
Ils sont riches en minéraux et d’oligo-éléments minéraux (magnésium, cuivre, sélénium, manganèse, zinc et bore).
Leur intérêt nutritionnel est prouvé mais ils sont riches en calories, donc à consommer avec modération (moyenne 600kcal/100g)
calories des fruits secs oleagineux

(Source : http://www.diabete-abd.be/ Association Belge du diabète)

Nota : La cacahuète n’est pas un fruit secs oléagineux. Mais une légumineuse, son mode de consommation et ses caractéristiques nutritionnelles proches de celles des fruits oléagineux font qu’elle est souvent assimilée aux oléagineux. Toutefois les diabétiques ne doivent pas en abuser.

Les fruits secs oléagineux sont-ils conseillés dans un régime diabétique ?

Des chercheurs de l’université de médecine de Taipei et de l’université Tufts ont effectué une recherche qui montre les effets des amandes sur « les facteurs de risque cardiovasculaire parmi 20 patients chinois atteints de diabète de type 2, présentant une hyperlipidémie modérée et traités par antidiabétiques oraux. »
Les effets constatés après 12 semaines alors que 20 % de l’apport en calories dans le cadre d’un régime NCEP de phase 2 (National Cholesterol Education Program, ) avaient été remplacés par des amandes, étaient des diminutions importantes « dont 1 % de l’indice de graisse corporelle, 8 % de la cholestérolémie totale et 13 % de la cholestérolémie LDL. La découverte la plus significative est que l’apport d’amandes avait permis de diminuer l’inflammation ainsi que les taux de glucose et d’insuline dans le sang. »

Il semblerait donc que l’apport régulier de petites quantités de fruits secs oléagineux soit bénéfique.
D’ailleurs la FID préconise une poignée de fruits secs oléagineux en guise de deuxième encas durant Ramadan (lire les suggestions de menus pour diabétique durant Ramadan).

N’hésitez donc pas à introduire une poignée de noix, d’amandes, ou de pignons dans votre alimentation, mais n’oubliez pas d’en comptabiliser les calories.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *