E-santé: un robot pour coatcher les enfants diabétiques

Etre diabétique n’a rien de drôle, et lorsque l’on est enfant, et parfois très jeune, encore moins. Selon les chiffres de l’AFP, 1/4 des enfants souffrant de diabète de type 1 aurait moins de 5 ans.
Et même si encore peu d’enfants souffrent de diabète de type 2, les chiffres augmentent d’année en année.

C’est pourquoi une équipe de professionnels de santé, de spécialistes en robotique et d’universitaires de plusieurs pays, a développé le projet Charlie, un robot pour aider les enfants de 7 à 14 ans à mieux gérer leur diabète.

Projet de robot coach pour enfant diabétique

Charlie est un projet financé par l’Union européenne, conçu par le TNO (Organisation néerlandaise pour la recherche en sciences appliquées) et ses homologues italiens et allemands (FCSR et DFKI), ainsi que l’université de Delft aux Pays-Bas et l’Imperial College de Londres au Royaume-Uni.
Il est actuellement testé par des médecins du Pays-Bas pour aider les enfants diabétiques (diabète de type 1) à apprendre de façon ludique à gérer leur diabète quotidiennement.

Charlie, un robot high-tech de 60cm de haut, doué de parole, et couplé à une tablette apprend aux jeunes diabétiques quand et comment mesurer leur glycémie, reconnaître les symptômes d’hypo ou d’hyper glycémie, à réagir dans ces cas …

robot coach pour enfant diabetique
Charlie explique de façon ludique et moderne à l’enfant ce qu’est le diabète, cette maladie avec laquelle il devra cohabiter toute sa vie.
Il permet d’entrer dans l’univers de l’enfant et de dédramatiser le diabète, tout en éduquant. Ainsi il leur inculque aussi des notions sur le bienfaits d’une vie saine, sur la nécessité de l’exercice physique et d’une alimentation équilibrée.

L’objectif premier des créateurs de ce robot coach, est d’aider les enfants à connaitre et contrôler leur diabète et apprendre à l’assumer pour vivre le plus normalement possible.

Le robot est toujours en test, mais les premiers retours des 40 heureux enfants testeurs sont positifs.

(Source : AFP)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *