Venin et peptide pour lutter contre le diabète

Le diabète est devenu le combat à gagner, les chercheurs de tous les domaines pharmaceutiques se plongent dans la lutte, ainsi un laboratoire belge spécialisé dans l’étude des venins pour leurs applications pharmaceutiques, ou les chercheur de différents départements de l’Institut de Toronto qui se penchent sur une peptide cicatrisante …

Du venin pour lutter contre le diabète

Le laboratoire belge prélève du venin des différentes espèces d’animaux dans le monde, il possède la plus grande base de données au monde sur le contenu moléculaire des venins. Ce laboratoire collabore avec plusieurs universités pour trouver des molécules intéressantes pour la pharmacologie, pouvant être synthétisées, puis reproduites chimiquement afin d’obtenir de nouveaux médicaments.
Ainsi le venin du monstre de Gila contient un stabilisateur de l’insuline, la molécule a donnée naissance, il y a quelques années, à un médicament pour les diabétiques.

Mais les scientifiques ne s’arrêtent pas là, d’autres études du même type, sont actuellement en cours.
Notamment celle de l’université de Melbourne (Australie) en collaboration avec des chercheurs de l’université de l’Utah (USA), qui étudie l’insuline du venin de l’escargot cône ( conus geographus ), un escargot marin qui immobilise ses proies en provoquant un choc hypoglycémique.
« Le prochain pas dans notre recherche, qui est déjà en cours, est d’appliquer ces conclusions à la conception d’un meilleur traitement du diabète, donnant aux patients l’accès à l’insuline à action rapide », déclare le Docteur Safavi-Hemami de l’université d’Utah.

(Source Revue Nature Structural & Molecular Biology doi:10.1038/nsmb.3292 : A minimized human insulin-receptor-binding motif revealed in a Conus geographus venom insulin)

Une peptide pour aider à la cicatrisation des ulcères diabétiques

Cette recherche-ci a été publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America (PNAS) en Août 2016.Elle porte sur une peptide au nom compliquée glutamine-histidine-arginine-glutamic acid-aspartic acid-glycine-serine.

Etudiée au niveau des souris diabétiques de type 2, cette peptide QHREDGS associée à un hydrogel accélère la cicatrisation des plaies chroniques.

Sur les souris, « un seul traitement avec une faible dose de QHREDGS immobilisée dans le chitosane-collagène a été efficace pour favoriser la guérison des plaies et un seul traitement à forte dose de peptide a surpassé un pansement poreux collagène approuvé cliniquement » déclare les auteurs de l’étude.

Cette peptide représenterait un espoir pour une meilleure et plus rapide cicatrisation des ulcères et plaies chroniques des malades du diabète.

(Source: PNAS août 2016 doi: 10.1073/pnas.1612277113 Diabetic wound regeneration using peptide-modified hydrogels to target re-epithelialization )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *