Diabète : melons et pastèques sont-ils autorisés ?

Melons et pastèques sont connus pour être très sucrés. Lorsque l’on souffre de diabète on peut-être amener à se poser la question : puis-je manger du melon et de la pastèque ?

Melon et pastèque en chiffres

La pastèque c’est un indice glycémique de 72 à 75, donc certes élevé.
Le melon, lui serait autour de 67, donc classé dans les indices moyens mais non négligeable tout de même.

Par contre la charge glycémique de la pastèque se situe entre 4 et 9, autrement dit il faut en manger beaucoup pour obtenir peu de sucre. La charge glycémique du melon miel est a peu près similaire.

Rappel :
La charge glycémique tient compte de la quantité d’aliment pour obtenir la quantité voulue de glucide.
CG = IG * Quantité de sucre dans une portion de 100g / 100
L’échelle est sur 20.

Mais melon et pastèques ont de nombreux bénéfices. Composés en majorité d’eau, ces fruits sont une source d’hydratation excellente.

Consommer rapidement (3-4jours maximum) ils sont riche en un antioxydant. Ils contiennent des minéraux (potassium
magnésium, fer, calcium…), de la vitamine C, B6 et A.
Mais surtout melons et pastèques sont riches en fibres ce qui leur confère une grande capacité de satiété, sans compter que les fibres améliore la digestion et retarde l’absorption des glucides.

Un diabétique peut consommer du melon et de la pastèque

Oui si vous êtes diabétique vous pouvez inclure du melon ou de la pastèque dans votre alimentation, toutefois avec modération et pendant les repas.
Un demi-bol de cubes de melon ou de pastèque est suffisant.

Quelques idées de recettes avec le melon

Le melon se marie très bien en dessert avec d’autres fruits ou en salades avec des légumes ou des fromages.
En glace, quelques cubes au congélateur et le sorbet est prêt.
En accompagnement de gambas ou des langoustines rôties pour une entrée légère.
Dans une salade, des cubes de féta, des cubes de melons, quelques tomates cerise, des noix.
En dessert, dans un yaourt ou un fromage blanc, quelques cubes de melon.

Nota : lorsque l’on introduit un nouvel aliment à son régime diabétique il convient de surveiller étroitement sa glycémie et de reporter toute anomalie à son médecin ou son diabétologue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *