Diabète de type 1 chez les adultes

De par son apparition, bien souvent, au plus jeune âge, le diabète de type 1, était autrefois appelé diabète juvénile.

Or des chercheurs viennent de constater que certains adultes sont diagnostiqués à tort ‘diabétique de type 2’ et, de fait, ne bénéficient pas du meilleur traitement.
Ils soulignent : « C’est étonnant, mais presque la moitié des cas de diabète de type 1 se déclare à l’âge adulte et plus de 40% sont enregistrés après 30 ans ».

Certes le diabète de type 1 à l’âge adulte, et plus tard, peut être compliqué à diagnostiquer, mais un traitement inadapté peut entraîner la mort en cas de manque d’insuline.

Pour mémoire :
– Le diabète de type 1 est causé par la destruction auto-immune des cellules β du pancréas chez des individus génétiquement prédisposés et entraîne un déficit sévère en insuline nécessitant un traitement par des injections quotidienne d’insuline.
– Le diabète de type 2 est principalement une maladie de l’âge adulte et est associé à l’obésité, à la résistance à l’insuline et à une carence relative mais non absolue en insuline. Le diabète de type 2 est principalement traité par une modification des habitudes alimentaires et la pratique d’activités physiques, ainsi que par des hypoglycémiants oraux.

Ainsi une erreur de diagnostic et l’application du mauvais traitement pourrait provoquer une acidocétose diabétique, une complication du diabète de type 1 capable d’entraîner la mort en cas de manque d’insuline.

L’étude s’est basée sur la cohorte de l’UK Biobank, comportant 500 000 personnes agées de 37 à 73 ans, à travers le Royaume-unis, entre 2006 et 2010.

Cette étude des chercheurs l’Université d’Exeter a été publiée The Lancet – Diabetes & Endocrinology, elle interpelle les médecins sur les cas de leurs patients diabétiques adultes, les incitant à rejeter les idées reçues sur la classification du diabète de type 1 (juvénile) et type 2 et à approfondir leur diagnostic pour proposer le meilleur traitement aux malades.

Source The Lancet – Diabetes & Endocrinology : Frequency and phenotype of type 1 diabetes in the first six decades of life: a cross-sectional, genetically stratified survival analysis from UK Biobank

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *