La classification des diabètes seraient à revoir

5 types de diabètes et non 2 (diabète gestationnel mis à part)

Une recherche suédoise vient de revoir la classification des diabètes de type 1 et 2 à partir de paramètres cliniques et biologiques permettant de détailler en quatre sous-types le diabète de type 2.
Cette reclassification permettrait une approche thérapeutique meilleure et personnalisée.
Pour leur étude, les chercheurs de l’Université de Lund, en Suède et de l’Institute for Molecular Medicine, en Finlande, ont analysé les dossiers de plus de 13.000 patients diabétiques de Suède et de Finlande; ce qui d’ailleurs fait dire à certains experts que cette même analyse à l’échelle mondiale pourrait révéler plus de 5 types de diabètes, ceux-ci étant liés à des facteurs environnementaux et génétiques.

Classification du diabète selon les chercheurs

  • Groupe 1 : diabète insulinodépendant sévère, maladie auto-immune survenant chez les jeunes, (actuel diabète de type 1) ; ce groupe a un risque plus élevé de rétinopathie diabétique
  • Groupe 2 : diabétiques insulino-déficients sévères, proches des malades du groupe 1, à la différence près que leur système immunitaire n’est pas défaillant ; ce groupe a un risque plus élevé de maladies du foie ou rénale
  • Groupe 3 : diabétiques présentant une insulinorésistance, généralement en surpoids, dont le corps ne répond plus à l’insuline ;
  • Groupe 4 : diabète léger lié à l’obésité, principalement observé chez les personnes en surpoids ;
  • Groupe 5 : diabète léger principalement lié à l’âge

Chaque groupe ayant des risques plus particuliers de complications liés au diabète (cécité, maladie rénale, hypertension etc.), la prise en charge du diabétique devrait être adaptée en conséquence, conseillent les chercheurs.
Cette recherche ouvre la voie à une reclassification des diabètes et à des prises en charge, et peut-être des traitements, personnalisés. Même si certains praticiens tiennent à préciser que « les critères biologiques utilisés dans l’étude sont coûteux à mesurer et ne sont pas utilisés en routine. »

Source : « The Lancet Diabetes and Endocrinology » – Novel subgroups of adult-onset diabetes and their association with outcomes: a data-driven cluster analysis of six variables

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *