Diabétique de type 1 : le sport pour préservez vos muscles

Lorsque l’on souffre d’un diabète de type 1, la liste des conséquences et complications est déjà longue comme les lésions nerveuses, les maladies cardiaques et les troubles rénaux… Des chercheurs canadiens viennent de rajouter les complications musculaires à cette pénible liste.

Les chercheurs canadien et allemand (Department of Pathology and Molecular Medicine McMaster University Hamilton Canada, School of Kinesiology and Health Sciences, Muscle Health Research Centre York University Toronto Canada, Department of Kinesiology University of Windsor Canada, German Center for Neurodegenerative Diseases (DZNE)Bonn Germany) viennent de démontrer que le diabète de type 1 pouvait induire une faiblesse musculaire.

Pour se faire les scientifiques ont analysé des biopsies musculaires de jeunes adultes homme et femme, diabétique (type 1) ou non. Ils ont mis en lumière une anomalie cellulaire chez les jeunes diabétiques de type 1, anomalie au niveau des mitochondries, les organismes qui permettent de fournir de l’énergie aux cellules.
Les mitochondries des diabétiques de type 1 délivreraient moins d’énergie aux muscles, tout en produisant plus de déchets nocifs pour les cellules.

Les chercheurs concluent « des altérations de l’ultrastructure mitochondriale et de la bioénergétique sont évidentes dans le muscle squelettique des jeunes adultes actifs atteints de diabète de type 1. Il reste encore à déterminer si un exercice plus rigoureux peut aider à prévenir les déficiences métaboliques des muscles squelettiques chez les personnes actives et inactives atteintes de diabète de type 1 ».

Le sport pour compenser la faiblesse musculaire due au diabète de type 1

Les chercheurs précise « des études plus large sont nécessaires pour évaluer l’impact du diabète de type 1 chez ceux qui sont sédentaires, ainsi que ceux qui suivent ou dépassent les recommandations d’activité physique, pour déterminer s’il existe un niveau optimal d’activité physique permettant de restaurer / surmonter les anomalies métaboliques qui caractérisent le muscle des personnes atteintes de diabète de type 1 »

Afin de prévenir et compenser l’affaiblissement du muscle, il conviendrait d’en prendre soin le plus précocement possible par la pratique d’une activité physique modérée à vigoureuse de 2 à 3 heures par semaine, comme le préconisent les associations américaines et canadiennes du Diabète.

Source : Diabetologia – Altered mitochondrial bioenergetics and ultrastructure in the skeletalmuscle of young adults with type 1 diabetes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *