Risque cardiovasculaire lié aux diabètes

Deux points récents viennent l’un alerter sur le risque cardiovasculaire lié au diabète de type 1 et l’autre recommander de mesurer le score calcique pour détecter le risque cardiovasculaire lié au diabète de type 2.

Détection du risque cardiovasculaire lié au diabète de type 2

Une étude de la société européenne de cardiologie et de l’Association européenne pour l’étude du diabète , présentée lors du Congrès de diabétologie à Nantes en mars 2018 préconise d’effectuer un scanner afin de mesurer le score calcique coronaire pour évaluer le risque cardiovasculaire des diabétiques de type 2 et adopter les mesures de prévention et d’exploration nécessaires.

Cette étude menée par le service d’endocrinologie de l’hôpital Jean Verdier de Bondy a confirmé qu’un score calcique coronaire égal ou supérieur à la valeur de 100 unités représente effectivement un marqueur de très haut risque cardiovasculaire.
Sur les 338 patients diabétiques de type 2 à haut risque cardiovasculaire mais ne présentant aucun symptôme, 41 % avait un score supérieur ou égal à 100 et une prévalence d’ischémie myocardique silencieuse doublée au vu de la scintigraphie myocardique de stress et leur taux de NT-proBNP était significativement accru.

« Ce score semble refléter l’impact des différents facteurs de risque cardiovasculaire, car les patients avec un score calcique ≥ 100 étaient aussi, en moyenne, plus âgés, avaient un diabète plus ancien, étaient plus souvent hypertendus, dyslipidémiques, porteurs d’une néphropathie, ou d’une artériopathie des membres inférieurs… » note le Pr Paul Valensi, premier auteur de cette étude.

Sur quoi il conclut « Ces données devraient conduire les diabétologues à proposer cette mesure du degré de calcification coronaire plus tôt au cours de l’algorithme de dépistage du risque coronaire des diabétiques asymptomatiques ».
 

Source : egora.fr

Risque cardiovasculaire lié au diabète de type 1

Il s’agit ici de l’interview le Dr Bruno Vergès, diabétologue à Dijon, pour Destination Santé.
Le risque cardiovasculaire lié au diabète de type 1 est méconnu et mal appréhendé pourtant « le risque cardiovasculaire est multiplié par deux chez les diabétiques de type 1 par rapport aux sujets non-diabétiques », précise le Dr Vergès, et plus particulièrement le risque d’infarctus du myocarde.
Même sans les facteurs de risques connus que sont le tabac, l’hypertension artérielle et l’hypercholestérolémie, le sur-risque persiste chez les diabétiques de type 1.
Toutefois lorsque l’ « hypercholestérolémie chronique qui altère les artères et favorise l’athérosclérose » est traitée de façon intensive le sur-risque diminue de 50%.
Malgré tout, même avec un diabète de type 1 bien contrôlé, un sur-risque demeure, sans que les facteurs en soient connus.

Des hypothèses sont avancées comme « les hypoglycémies à répétition augmenteraient l’inflammation et l’oxydation des artères », cite Bruno Vergès ou « la variabilité glycémique, fréquente chez les diabétiques de type 1, même si la maladie est contrôlée. »

Le diabétologue conclut « dans les années à venir, la prise en charge va sans doute évoluer vers des traitements permettant de réduire la variabilité glycémique, comme les nouvelles insulines ultra-rapides et les pompes en boucle fermée », en particulier grâce aux capteurs de glucose, qui permettront d’adapter le débit d’insuline de façon automatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *